L'anthropomorphisme

    L'antropomorphisme peut être définit comme étant une tendance à attribuer aux êtres et aux choses des manières d'être et d'agir, des pensées propres à l'humain. C'est la faculté que l'homme a, à représenter sous forme humaine tout ce qui n'est pas lui. C'est une manière de penser, une certaine vision des choses ou du monde à l'image de l'homme ou du comportement humain.

   Concernant les animaux, c'est la capacité que nous avons à prêter aux chiens et chats, et autres chevaux par exemple, des attitudes, des sentiments qui sont typiquement humains. La proximité avec eux nous conduit à abolir les frontières interspécifiques et à les considérer comme des sortes de congénères en oubliant par la même occasion ce qui fait leur spécificité en tant qu'animaux. Ces contre-sens comportementaux s'expliquent facilement par l'ignorance qu'a l'anthropomorphisme des spécificités de chaque animal, du fait que le monde, tel que nous le percevons, nous est propre à nous, humain et n'est pas le monde tel qu'il existe pour les autres animaux.

   Ce concept ne nous permet pas de comprendre les évènements du point de vue de l'animal. Les impressions restent en définitive déterminées par les perceptions humaines. Etant donné que l'homme est persuadé de dominer le monde et ses habitants, d'être un Être supérieur, toute l'humanité doit logiquement tourner autours de lui-même et de ses convictions.

×